Aménagement du territoire

Energies et climat

developpement durable
En 2017, l’Agglo a pris la compétence « lutte contre le changement climatique et développement des énergies renouvelables ». Cette prise de compétence est la suite logique d’une politique menée, dès 2010, pour répondre aux enjeux du territoire et accompagner les communes en matière d’énergies renouvelables et d’adaptation aux changements climatiques. Ainsi on peut citer la réalisation du schéma de développement des énergies renouvelables dès 2010, outil qui a permis d’identifier et de planifier, de manière concertée avec les communes, l’installation de centrales solaires. Dans le prolongement de ce schéma, le Plan Climat de l’Agglo a été approuvé en 2013 et elle a bénéficié de fonds de l’Etat pour mettre en œuvre des actions concrètes pour tendre vers un Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV) en 2015.

Plan climat

Bouleversé par des épisodes plus fréquents de sécheresse, d’inondation, de submersion marine, etc. La France, comme les 196 autres pays, a pris l’engagement au niveau international en 2015, lors de la COP 21, de contenir le réchauffement climatique au dessous de la barre des 2 degrés Celsius à l’horizon 2100.

Cet engagement se décline dans les territoires par la mise en place d’un Plan Climat à l’échelle des agglomérations, échelle opérationnelle des politiques de transition énergétique. Le Plan Climat Air Énergie Territorial, construit en concertation avec les acteurs locaux, débute par un diagnostic sur la base duquel des objectifs sont fixés en terme de consommation d’énergie, de production d’énergies renouvelables et de qualité de l’air. Puis un plan d’actions est élaboré pour une durée de 6 ans.

Plan climat : du PCET au PCAET

En 2013, la ville de Béziers et l’Agglo ont élaboré un Plan Climat, outil opérationnel de coordination de la transition énergétique, de lutte contre le changement climatique et d’adaptation du territoire. Composée d’un diagnostic climat énergie, d’orientations stratégiques et d’un plan d’actions, cette démarche a fait l’objet d’une large concertation avec les acteurs du territoire. Ainsi chaque action du programme est rattachée à une des 5 orientations stratégiques suivantes :
  • Se déplacer sur le territoire / optimiser la mobilité,
  • Promouvoir un aménagement du territoire selon des critères énergétiques et durables,
  • Accompagner les citoyens et les professionnels vers une prise en compte du changement climatique dans leur quotidien,
  • Faire de la vulnérabilité une opportunité par l’innovation,
  • Apporter des solutions pour une meilleure gestion des déchets.
La révision du plan climat, lancée en avril 2018, prend en compte les élargissements induits par la Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte de 2015 (LTECV), notamment l’inclusion de la qualité de l’air dans le périmètre d’action du Plan Climat. Cette loi précise également les ambitions de la France en matière de transition énergétique :
  • Réduire la consommation énergétique finale de 50% en 2050 par rapport à l’année de référence 2012, en visant un objectif intermédiaire de 20% à 2030,
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40% entre 1990 et 2030 et de diviser par 4 les émissions de GES entre 1990 et 2050,
  • Réduire la consommation énergétique primaire des énergies fossiles de 30% en 2030 par rapport à l’année de référence 2012,
  • Porter la part des énergies renouvelables à 23% de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32% de cette consommation en 2030,
  • Contribuer à l’atteinte des objectifs de réduction de la pollution atmosphérique prévus par le Plan national de Réduction des Émissions de Polluants Atmosphériques (PREPA),
  • Disposer d’un parc immobilier dont l’ensemble des bâtiments sont rénovés en fonction des normes « bâtiments basse consommation » ou assimilées, à l’horizon 2050, en menant une politique de rénovation thermique des logements concernant majoritairement les ménages aux revenus modestes,
  • Multiplier par 5 la quantité de chaleur et de froid renouvelables et de récupération livrée par les réseaux de chaleur et de froid à l’horizon 2030,
En plus de s’inscrire dans les objectifs nationaux, la révision du Plan Climat de l’Agglo doit être compatible avec le scénario REPOS de la Région Occitanie, qui dessine la trajectoire vers une région à énergie positive où les consommations d’énergies sont couvertes par les productions issues des énergies renouvelables présentes sur le territoire. La méthodologie d’élaboration du Plan Climat est précisée dans le décret n° 2016-849 du 28 juin 2016. Il comprend :

– un diagnostic Climat Air Energies

– une stratégie

– un plan d’actions

– une évaluation environnementale stratégique

Retrouver tous les documents du Plan Climat :

– délibération de lancement de la révision du Plan Climat

– le diagnostic Climat Air Energies et sa synthèse

– la stratégie

– le plan d’actions

– l’évaluation environnementale stratégiques et son résumé non technique

Pour toutes questions concernant le Plan Climat, vous pouvez nous contacter :

energieclimat@beziers-mediterranee.fr

PRODUCTION D’ENERGIES RENOUVELABLES

En 2010, lors de l’élaboration du Schéma de Développement des Énergies Renouvelables, 7 sites ont été identifiés pour l’installation de centrales photovoltaïques et biogaz. L’agglo développe donc ces sites, et étudie également les possibilités sur ses sites communautaires. Les réalisations de l’agglo en termes d’énergie renouvelable sont pour le moment les suivantes :
LIEU DIT / COMMUNES ANNEE D’INSTALLATION PUISSANCE INSTALLEE (kWc ou m²) PRODUCTION (Kwh /an) TYPE (SOL, OMBRIERES, BATIMENT) PRODUCTION EQUIVALENT HABITANT IMPACT CLIMAT (TONNE DE CO2 EVITEE)
Saint-Jean de Libron 2013 4500 kWc 6000000 Centrale au sol 5080 1955
Saint-Jean de Libron 2010 4500 kWc 4566000 Biogaz de décharge 3892 1512
Valorbi 2016 185 kWc 220000 Photovoltaïque sur toiture 187 73
Servian 2017 2934 kWc 3747000 Centrale au sol 3192 1240
Béziers – Léo Lagrange 2012 229 m² 144000 Solaire thermique 221 31
Béziers – Léo Lagrange 2012 22 kWc 17000 Photovoltaïque sur toiture 25 17
Servian – Muriel Hermine 2009 7 kWc 9536 Solaire thermique 15 7
Pépinière d’entreprises 2009 11 kWc 16320 Photovoltaïque sur toiture 13 11
Médiathèque 2008 2 kWc 2593 Solaire thermique 3 2
installations energies renouvelables

Les installations énergies renouvelables de l’Agglo permettent de produire l’équivalent de 12 628 équivalents habitant, et évitent la production de 4848 tonnes de CO2. Une tonne de CO2 correspond à 1 an de chauffage au gaz pour un trois pièces à Paris, ou à une twingo roulant 14 000 km en ville. Ce schéma a été actualisé en 2018 ce qui a permis de préciser le potentiel d’autres énergies renouvelables et de récupération (EnR&R) telles que la biomasse, la géothermie, la valorisation de la chaleur fatale etc. et d’établir 4 orientations stratégiques pour les années à venir :
  • Axe 1 : Poursuivre le développement des projets d’énergies solaires sur le territoire,
  • Axe 2 : Renforcer les filières locales de valorisation énergétiques des déchets,
  • Axe 3 : Participer au développement de la filière bois énergie régionale,
  • Axe 4 : Utiliser les outils numériques de la ville intelligente au service de la transition énergétique.
Sites d’énergies renouvelables développés sur le territoire
SCERTE : l’étude complète

TEPCV

En 2015, l’Agglo a été lauréate de l’appel à projet de l’État intitulé Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte. tepcv Ce dispositif a permis de financer :
  • L’éclairage LED dans les piscines communautaires,
  • La formation à l’écoconduite des agents de l’Agglomération,
  • L’installation de panneaux solaires ou d’ombrières photovoltaïques sur les sites communautaires,
  • L’acquisition de véhicules électriques lors du renouvellement du parc automobile de l’agglo et des communes, ainsi que de vélos électriques,
  • Aménagement de l’espace public en faveur de la mobilité électrique (jalonnement des itinéraires cyclables, stationnements sécurisés pour les vélos) et priorisation des transports publics,
  • Des actions d’éducation à l’éco-citoyenneté sur la thématique des déchets, des mobilités électriques, de l’énergie et du climat,
  • Préservation de la biodiversité et sensibilisation à l’environnement (installation de ruches pédagogiques à la médiathèque),
  • Action contre le gaspillage alimentaire (déploiement du « Gourmet bag »).

Mobilité électrique

Sur le territoire de l’Agglo les transports de personnes et de marchandises constituent le poste principal en terme de consommation d’énergie et d’émission de gaz à effet de serre. C’est aussi le facteur le plus impactant en terme de qualité de l’air. Consciente de ces enjeux, l’Agglo s’est doté d’un Plan de Déplacement Urbain (PDU) ainsi que d’un Plan de Déplacement de l’Administration (PDA) en 2015 et 2016 dont les objectifs sont, outre d’améliorer les services, de réduire les impacts sur la santé et l’environnement. Concrètement l’Agglo œuvre pour la mise en place d’une mobilité décarbonée en :
  • Finançant la mise en place d’un réseau d’infrastructure de recharge des véhicules électriques (bornes REVEO) dans les communes de l’Agglo : Bassan, Espondeilhan, Cers, Sérignan, Valras-Plage, Béziers, Lignan-sur-Orb, Montblanc, Sauvian et Valros,
  • Incluant dans sa flotte de véhicules des voitures électriques,
  • En finançant l’achat de voitures électriques pour les flottes de véhicules des communes de l’Agglo,
  • Achetant des vélos électriques à disposition des agents pour les petits trajets.
Site de Révéo Carte des bornes de recharge en France

QUALITÉ DE L’AIR

L’Agglo et son partenaire ATMO Occitanie mesurent et contrôlent la qualité de l’air sur le territoire communautaire. Ainsi des campagnes de mesures sont réalisées :
  • De manière pérenne concernant l’ozone, le dioxyde d’azote, le benzène, les particules en suspension ainsi que les poussières sédimentables,
  • De manière spontanée dans le cadre de travaux d’aménagement ou de nouvelles installations susceptibles d’impacter la qualité de l’air.
  • La cellule Énergie Climat pose et relève des dispositifs de mesure du dioxyde d’azote et du benzène, qu’elle envoie à ATMO Occitanie.

    5 sites sont installés sur la commune de Béziers, 1 site à Servian sur la partie nord de l’Agglomération et 2 au Sud, à Sauvian et Sérignan. Au total 8 sites sont équipés de capteurs durant 2 semaines tous les 2 mois, permettant de superviser la qualité de l’air sur l’ensemble du territoire. Le dispositif est complété par des points de mesure ponctuels mis en place sur certains projets pouvant impacter la qualité de l’air.

    Le dioxyde d’azote ou NO2 provient des dispositifs de combustion tels que les moteurs des véhicules ou des installations thermiques/de chauffage. Le benzène est lui un composé utilisé en raffinerie et dans la composition de certains solvants. En ville il provient essentiellement des émanations de gaz d’échappement et des réservoirs d’essence. Il est également présent dans nos intérieurs (exemple : combustion des bougies et encens).

    Le NO2 cause des dégâts sur le système respiratoire, il est particulièrement nocif pour les personnes asthmatiques. Le benzène est quant à lui cancérogène.

    Qu’est-ce que disent les analyses réalisées par l’agglomération ?
    Certains lieux sont assez protégés de la pollution, par exemple les Allées Paul Riquet et le centre de Sauvian.
    Sans surprise les axes les plus empruntés et encaissés dépassent légèrement les recommandations de l’OMS.

    Que fait l’agglo pour la qualité de l’air ?
    La problématique est prise en compte dans les documents de planification tels que le Plan de Déplacements Urbains (PDU) et le Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) (cf lien ci-dessus pour les documents relatifs au PCAET).
    L’Agglo se mobilise concrètement grâce à sa politique d’incitation à l’usage des transports en commun et des modes actifs (marche, vélo, etc.). Une partie des bus de l’agglomération et des bennes à ordures ménagères roulent désormais au gaz naturel pour véhicule (GNV), plus silencieux et moins polluant que les carburants classiques. Elle remplace également, progressivement, une partie de sa flotte de véhicules de service par des véhicules électriques, qui n’émettent pas de pollution lors des trajets.
    Pour plus d’informations concernant les transports et la mobilité, rendez-vous sur cette page.

    En tant que citoyen, que faire pour préserver la qualité de notre air extérieur ?
    – Éviter l’autosolisme (le fait de prendre la voiture seul),
    – Adopter une conduite souple,
    – Covoiturer,
    – Préférer les véhicules électriques aux véhicules thermiques,
    – Utiliser les transports en commun,
    – Se déplacer en vélo,
    – Marcher.

    Et l’air intérieur ?
    Il faut être attentif aux choses suivantes, susceptibles de polluer vos intérieurs  :


    Source : Ademe/Agence Giboulées

    Ensemble protégeons notre qualité de l’air !
logo_atmo Rendez-vous sur le site d’ATMO

MAISON DE L’HABITAT DURABLE : UN ESPACE INFO

A destination des particuliers, vous trouverez dans ce lieu, des conseillers dont la mission est d’informer, conseiller et accompagner sur toutes les questions en lien avec les économies d’énergie, la rénovation thermique des logements et l’installation d’énergies renouvelables. Gratuit et sans rendez-vous vous serez reçu par des experts qui vous orienteront sur les meilleures options techniques et les aides financières qui peuvent-être sollicitées.
sit elit. odio fringilla elit. suscipit