21 millions d’euros pour le quartier de la Devèze ?

21 millions d’euros pour le quartier de la Devèze ?

L’Agglo a de grands projets pour ce quartier prioritaire de Béziers. Et elle vient de les défendre devant l’Anru, à Paris, ce 18 octobre.

L’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) accordera-t-elle à l’Agglo l’enveloppe de 21 M€ escomptée pour procéder au lifting intégral du quartier de la Devèze ? C’est, en tout cas, en très bonne voie. Ce 18 octobre, Frédéric Lacas est allé présenter le projet de renouvellement urbain avec le sous-préfet, Christian Pouget, au siège de l’Anru. Ils étaient accompagnés de Gérard Abella, président de Béziers Méditerranée habitat et du maire de Béziers. L’Anru voulait quelques éclaircissements sur certains points, elle les a obtenus et s’est dit satisfait des réponses apportées. Elle rendra son verdict d’ici 15 jours.

Les élus et le sous-préfet, à Paris.

Les élus et le sous-préfet, à Paris.

Un premier programme avait déjà été lancé en 2005 pour donner une bouffée d’oxygène à ce quartier prioritaire d’intérêt national. Mais il fallait poursuivre les efforts. Alors, pour ce nouveau programme, l’Agglo a mis les bouchées doubles. Elle planche dessus depuis fin 2016. Démolition de 581 logements sociaux, reconstruction à Béziers en dehors des quartiers prioritaires, constructions (pour répondre de manière exceptionnelle à la demande de certains habitants qui souhaitaient absolument rester dans ce quartier dans lequel ils vivent de longue date) d’une centaine de nouveaux logements sociaux de qualité sur le site de la Devèze, implantation d’un pôle des arts de la scène et du spectacle, réhabilitation d’appartements, aménagement de l’espace public… Si l’Anru accorde cette enveloppe, les premiers coups de pioche démarreront dès cette année et le chantier progressera jusqu’en 2024.

Objectifs : redonner de la fierté aux habitants et leur proposer une autre qualité de vie, œuvrer pour la mixité sociale, accueillir de nouveaux équipements publics et de l’activité économique. Bref, faire de ce quartier un espace où l’on travaille, où l’on apprend, où l’on vit. Avec en trame de fond, la volonté ferme de sortir la Devèze des quartiers prioritaires, et penser, dès à présent, l’aménagement futur du territoire.
Aménagement du territoireattractivitélogementsocialnpnru