Éléphant Vert : une industrie « vertueuse et innovante » que l’Agglo va soutenir

Éléphant Vert : une industrie « vertueuse et innovante » que l’Agglo va soutenir

Implantée sur le PAE de Béziers Ouest depuis 18 mois, la société Éléphant Vert industrialise et commercialise des biopesticides, biostimulants et biofertilisants. Le président de l’Agglo, Frédéric Lacas, est allé à la rencontre de ses salariés. Et compte bien appuyer cette entreprise qui a de grandes ambitions pour le Biterrois.

« Nous voulons devenir l’un des cinq leaders mondiaux en 2025 et passer d’une production de 50/70 tonnes actuellement à 500 tonnes. » Sébastien Couasnet est un PDG heureux et ambitieux. Son entreprise Éléphant Vert qu’il a fondée en 2012 au Maroc surfe sur la vague du bio. Mais du bio « high-tech » et éthique. Implantée sur le parc d’activités économiques de Béziers Ouest depuis 18 mois, la société a reçu la visite du président d’Agglo ce 13 juillet. Ses président et directeur ont présenté à Frédéric Lacas leurs projets et perspectives d’avenir sur le Biterrois.

Quand la technologie se met au service de l’agriculture

Présent commercialement dans 20 à 25 pays, notamment en Afrique, Éléphant Vert est un groupe suisse qui agit avec le soutien financier de la fondation Antenna Technologies. La société internationale qui compte 450 collaborateurs est spécialisée dans la fabrication de bio-stimulants, bio-pesticides et bio-fertilisants fabriqués à partir de micro-organismes sélectionnés dans la nature et utilisables en agriculture biologique. Et la demande explose en Afrique : « L’usine de Béziers exporte des produits high-tech au Mali et au Maroc », confirme Sébastien Couasnet. « Ici, nous travaillons avec de la matière vivante, des souches de micro-organismes, développe Benoît de Sarrau, directeur technique du site biterrois. Nous développons des bactéries capables de substituer ou compléter les approches chimiques par des apports biologiques. Notre objectif est de mettre la technologie au service de l’agriculture en proposant des produits efficaces et moins chers que ceux de synthèse. »

Selon Benoît de Sarrau, directeur du site biterrois, les micro-organismes produits peuvent aider les plantes ou les vignes à mieux résister au stress hydrique et diminuer les doses d'engrais.

Selon Benoît de Sarrau, directeur du site biterrois, les micro-organismes produits peuvent aider les plantes ou les vignes à mieux résister au stress hydrique et diminuer les doses d’engrais.

Bayer (qui a racheté Monsanto) n’a qu’à bien se tenir car les bio-stimulants d’Éléphant Vert permettraient d’augmenter de 20 à 30% le rendement des cultures. « Nos micro-organismes peuvent également aider les plantes ou les vignes à mieux résister au stress hydrique et diminuer les doses d’engrais », poursuit le PDG. « La viticulture est un élément moteur pour l’économie de notre territoire, enchaîne Frédéric Lacas. L’Agglo se doit d’être porteur et de soutenir toutes les initiatives innovantes comme celle-ci.  Nous sommes dans un monde de mutation et il faut arrêter de polluer la planète. Par ailleurs, étant reconnu comme territoire à énergie positive pour la croissance verte, nous nous devons de rendre l’eau propre en évitant d’abreuver nos sols de perturbateurs endocriniens. »

Le Biterrois bientôt un hub de la « bio-tech »
Autant dire qu’entre l’Agglo et Éléphant Vert, c’est le début d’une belle histoire. La société qui compte aujourd’hui 9 salariés dans le Biterrois table sur une trentaine à l’horizon 2021/2025. Elle prévoit également d’augmenter son emprise foncière sur le PAE, de développer une plateforme de recherche et développement spécialisée en bio-procédés, diversifier la mise au point de nouvelles formules, poursuivre ses partenariats avec l’Inra, etc. Des projets qui nécessiteront le recrutement de personnels hautement qualifiés (microbiologistes entre autres). Le territoire s’apprête donc à devenir un hub de la « bio-tech » !

Éléphant vert prévoit un fort développement sur Béziers à l'horizon 2025.

Éléphant vert prévoit un fort développement sur Béziers à l’horizon 2025.

Carré VIP

Le marché des fertilisants (MFSC, matières fertilisantes et support de culture) est particulièrement régulé en France, avec des démarches d’homologation longues puis des extensions pour obtenir les autorisations sur différentes cultures. Résultat, la concurrence est assez faible car il existe très peu d’autorisation de mise sur le marché permettant l’utilisation de bactéries en tant que MFSC. Le nombre de producteurs de micro-organismes en France pour le marché agricole doit être inférieur à dix. Et désormais, Béziers fait partie du carré VIP !

Développement économiquebeziersentreprises du territoireinnovation