Ils mettent en musique le parcours des enfants fragiles

Ils mettent en musique le parcours des enfants fragiles

Pour Gabriel Caballero, être référent du DRE relève d'un engagement sociétal.
Depuis 2008, près de 4000 familles biterroises en fragilité ont été accompagnées par les 30 référents du dispositif de réussite éducative. Témoignage de l’un d’entre eux.

Ils sont enseignants retraités, éducateurs spécialisés à la retraite ou en activité, formateurs issus du domaine social et de l’animation, danseurs, musiciens, art-thérapeutes… Avec beaucoup d’écoute, du temps, de l’engagement et de la bienveillance, les 30 référents de parcours retissent le lien avec l’enfant. Un parcours dure entre un an et un an et demi.Chaque référent accompagne un ou plusieurs enfants à raison de 2 à 4h par semaine. Gabriel Caballero, retraité du milieu socio-éducatif, évoque son engagement.

Comment êtes-vous arrivé dans le dispositif ?

J’ai eu connaissance de ce dispositif par des professionnels exerçant des fonctions dans le domaine scolaire et social de la ville. J’étais éducateur spécialisé et lorsque j’ai eu des disponibilités suite à mon départ à la retraite, j’ai souhaité m’investir dans ce type d’action afin de mettre mon expérience au service de ce projet. C’est un retour aux sources avec le travail d’accompagnement que j’ai pu faire dans ma carrière d’éducateur. Je connaissais aussi le contexte de l’Éducation nationale et j’étais intéressé par le contenu du projet, l’approche professionnelle et le cadre d’intervention proposés par le DRE. Je m’occupe désormais de l’accompagnement scolaire auprès de deux à trois adolescents.

C’est une expérience enrichissante ?

Assurément oui. Bien sûr, certaines situations sont particulières et nécessitent une analyse commune, approfondie, avant la mise en place du dispositif. Car il est important d’appréhender les problématiques des familles dans la prise en charge des adolescents que nous allons accompagner. Pour moi, cette fonction de référent au DRE relève d’un engagement sociétal. Tant que je pourrai apporter ma pierre à l’édifice, je m’y investirai.

Qu’attendez-vous de ces jeunes que vous épaulez ?

Ce qui m’importe, c’est qu’ils arrivent au bout du parcours défini. Même si les objectifs ne sont parfois pas atteints du premier coup, l’accompagnement a aussi pour but de laisser une trace chez l’adolescent au terme du parcours. A titre d’exemple, récemment, j’ai été contacté par un jeune homme de 25 ans que j’avais suivi lors de sa scolarité il y a plusieurs années. Confronté à une difficulté, il s’est tourné vers le service qui nous a mis en relation. Nous avons pu débattre ensemble sur cette difficulté et ainsi avoir une réflexion en vue d’une solution adaptée. Il me semble que l’action menée avec lui avait laissé le souvenir d’une marque relationnelle…

L’équipe du dispositif de réussite éducative en chiffres

      – Des vacataires :
    • 30 référents de parcours pour les accompagnements individuels
    • 6 animateurs d’ateliers langage
    • 2 animatrices du café des parents
    • – Un psychologue
    Ils sont encadrés par la chef de projet et son adjointe. Une équipe pluridisciplinaire de soutien : Il en existe une par quartier prioritaire de Béziers (soit 3 au total). Elle se réunit une fois par mois. Composée d’experts de l’Éducation Nationale, du Conseil Départemental et de la Ville, son rôle est d’analyser, diagnostiquer, suivre et évaluer le cas de chaque bénéficiaire du DRE. Médecins scolaires, médiateurs, conseiller principal d’éducation, assistantes sociales, directeurs ou principaux d’établissements sont membres des équipes.

Sociétécohesion socialeDREeducationegalite