L’application mobile qui vous transforme en Cupidon !

L’application mobile qui vous transforme en Cupidon !

Créée à Béziers, Cupido est une application mobile gratuite pour rencontrer de nouvelles personnes. À vous de lancer la flèche tel Cupidon pour permettre aux inscrits de se rapprocher. Lancée le 22 septembre 2018, elle compte déjà plus de 5000 fidèles. Rencontre avec son jeune fondateur.

Mathias Quirant, qui êtes-vous ?

J’ai 22 ans, je suis originaire de Tahiti où j’ai passé mon enfance. Après le collège, j’ai déménagé en métropole pour suivre un CAP et un BAC Pro ébénisterie. Par la suite, un BTS négociation relation client avant de terminer par une licence pro création et reprise d’entreprise à Montpellier. C’est en cours qu’un professeur m’a donné l’envie de créer, il croyait en la chance de tout le monde et nous rappelait que si quelqu’un avait vraiment l’envie, on pouvait y arriver.

Comment vous est-il venu l’idée de Cupido ?

Au cours d’une soirée, j’ai aperçu un mec seul dans un coin. Je me suis dit qu’il irait bien avec une fille qui se trouvait à l’autre bout de la pièce, alors que les deux personnes ne s’étaient même pas vues de la soirée. Le but du jeu est de se dire : si je n’interviens pas, ils ne se connaîtront peut-être jamais et passeront à côté d’un échange, d’une amitié ou d’un amour… Nous voulons dire aux gens : vous n’y avez pas pensé, on pense pour vous, connectez-vous sur l’application, laissez-vous une chance. Si vous ne la prenez pas, moi je vous la donne. Et les premiers retours sont positifs, les utilisateurs trouvent que l’application est déroutante car elle casse tous les codes traditionnels.

Pourquoi avoir choisi le territoire de l’Agglo pour lancer une application ?

Je suis accompagné depuis l’été 2017 par la pépinière d’entreprises Innovosud. À la différence des entreprises hébergées, c’est-à-dire qui disposent de locaux à l’intérieur de la pépinière Innovosud, ma société Cupido est accompagnée, c’est-à-dire que je dispose de formation et coaching sur la gestion d’entreprises et de projets. C’est un excellent coup de projecteur qui permet d’intéresser les potentiels investisseurs. De plus, je compte énormément sur mon développeur Jean-Baptiste Briant qui me fait confiance depuis les débuts de l’application en décembre 2016.

Deux ans plus tard, le bébé est enfin né, satisfait ?

Très surpris et très content. Cupido est un beau succès. L’application comptabilise déjà 5000 inscrits, sans faire de promotion particulière. Je l’explique par le fait que n’importe qui peut l’utiliser, célibataire ou en couple. Exemple, étant en couple, je n’utilise pas l’application pour rencontrer, mais je m’en sers pour « matcher » les différents profils.

« Matcher », c’est un terme récurrent dans vos propos ?

Il s’agit d’une des fonctionnalités de cette application. Les usagers ont accès à des profils de filles et de garçons, hétérosexuels, homosexuels ou bisexuels. Avec cette liste de personnes, vous en choisissez deux pour les faire « matcher ». C’est-à-dire que vous avez en bas de l’écran une flèche que vous tirez avec un arc virtuel et vous voilà comme Cupidon ! Les deux usagers reçoivent une notification pour pouvoir communiquer, mais ne voient pas le visage de l’autre. Au fur et à mesure de leur conversation, le visage apparaît…

Où placez-vous Cupido par rapport à Tinder, Meetic, Grindr, Once ou Hornet et autres ?

Il est vrai qu’il existe de nombreuses applications, chacune avec son public et elles arrivent à vivre car elles ont un « business model » bien déterminé. Pour Cupido, nous avons réfléchi à un modèle économique bien spécifique qui sera lancé prochainement. Pour ne pas faire les mêmes erreurs que certains autres développeurs d’applications, j’ai créé Cupido autour de ce « business model ». Je sais qu’il sera cohérent pour gagner de l’argent.

Pouvez-vous l’expliquer en détails ?

Nous allons procéder en trois étapes. Tout d’abord la pub : dans quelques jours une régie pub, pas de pub intempestives, bannières… Le nombre de flèches pour « matcher » va être peu à peu limité par profil. L’arc se vide, et grâce à la régie pub, il sera possible d’obtenir des flèches supplémentaires en visionnant une publicité, ça prouve que les gens sont motivés. Ensuite nous allons proposer des packs de flèches et dernière étape un abonnement mensuel avec flèches illimitées.

Quels sont les projets dans les prochains mois ?

A terme nous allons créer des flèches spéciales qui permettront de briser plus rapidement la glace. Car lorsque vous parlez à une personne, sa photo sera floutée, et au fil de la conversation elle se défloute. Des investisseurs sont très intéressés, nous espérons pouvoir bénéficier d’une levée de fonds. En attendant, nous travaillons sur un nouveau design pour l’application et des nouvelles fonctionnalités avec un système de classement par point. Exemple si les gens décident de se parler, ils gagnent des points. Il y aura un classement régional, national puis international pour savoir qui sera le meilleur Cupido et gagner aussi des lots.

Sociétéamourapplicatiomobilecupidointerviewrencontre