Les trois intercommunalités et le Département unis contre l’érosion du littoral

Les trois intercommunalités et le Département unis contre l’érosion du littoral

L'érosion du trait de côté va être surveillé à la loupe.
Ce vendredi 6 mars 2020, Kléber Mesquida, président du Département, a signé la « Convention de groupement de commandes publiques – suivi du littoral et gestion du trait de côte » aux côtés de Frédéric Lacas, président de la Communauté d’agglomération Béziers Méditerranée, Gilles D’Ettore, président de la Communauté d’agglomération Hérault Méditerranée, et Alain Caralp, président de la Communauté de communes La Domitienne.

Jusqu’à 5 m de recul du trait de côte par an

Comme quasiment l’ensemble du littoral, le secteur Ouest héraultais est particulièrement soumis à l’érosion, avec des vitesses pouvant atteindre localement 5 mètres de recul du trait de côte par an. Plusieurs secteurs sont très vulnérables, notamment Vias, Portiragnes, Valras, mais aussi Agde ou encore Sérignan. Stations balnéaires, campings, zones naturelles remarquables…. Ce phénomène génère de nombreux enjeux humains, socio-économiques et environnementaux.

Mutualisation des compétences de chacun

Le Département – avec Hérault Littoral – a donc créé une action mutualisée avec les trois intercommunalités. Menée d’Agde à Vendres, sur une durée de trois ans. Une étude va ainsi être lancée, elle comporte deux volets :
  • le suivi morphologique du littoral qui révèlera notamment les mouvements de sédiments, l’impact des tempêtes, l’influence des ouvrages comme les digues, épis, brises lames … Un suivi fondamental pour connaître et comprendre l’érosion du littoral ;
  • la définition d’un plan de gestion. Grâce aux résultats de ce suivi, des préconisations pourront être proposées aux gestionnaires du trait de côte pour limiter les effets du recul, comme par exemple la mise en place de protections douces du littoral (ganivelles, végétalisation…), le rechargement des cordons dunaires, les protections dures (épis, brise lames).

« Avec ses 90km de côte, près de la moitié de la façade maritime d’Occitanie, notre littoral est une force pour faire rayonner l’Hérault au niveau national, a affirmé Kléber Mesquida, président du Département. Aujourd’hui fragilisé par l’étalement urbain et la pression sur les ressources, il est de notre devoir de sécuriser cet espace naturel déjà menacé par les effets du changement climatique. Protection des ressources, mobilité, attractivité économique, Hérault Littoral fixe le cap pour répondre aux nombreux défis à venir. 100 M€ seront investis par le Département en trois ans. »

« La défense de notre littoral est importante, a renchéri Frédéric Lacas, président de l’Agglo Béziers Méditerranée. C’est sur l’économie que le tourisme joue. Si nous n’avons pas ce bijou, cet écrin, nous perdons beaucoup de nos spécificités. Le recul du trait de côte est d’actualité avec le réchauffement planétaire. Il faut trouver des solutions ponctuelles, comme l’habitat flottant, mais aussi des solutions pérennes pour que notre cordon dunaire puisse être entretenu. On ne s’oppose pas à la nature, il faut s’adapter tout en pensant aux acteurs économiques directement concernés dans l’hôtellerie de plein air ou la viticulture. Et c’est ensemble que l’on pourra fédérer nos forces. »

Alain Caralp, président de la Domitienne a lui aussi souligné « l’importance du trait de côte » et la « catastrophe » que représente son érosion. « Que ce partenariat contribue à pérenniser ce qui fait notre aura : le patrimoine, les zones humides, etc. »

Le président de l’Agglomération Hérault Méditerranée a pour sa part rappelé : « C’est au niveau de la cellule sédimentaire entre l’Hérault et l’Orb, notamment à Vias, que nous subissons les pires dommages. Des dispositifs ont été mis en place mais avec les tempêtes à répétition, force est de constater qu’ils ne sont pas encore opérants. Il nous faut trouver ensemble une solution pour maintenir ces plages qui sont l’or blanc de notre économie touristique. »

Le montant total de l’action est de 100 000 € TTC sur trois ans. Le Département sera coordonnateur du groupement de commande des études.

Financements :

  • Département Hérault : 20 % soit 20 000 € TTC
  • Hérault Méditerranée : 37,1 % soit 37 100 € TTC Béziers Méditerranée :27 ,5 % soit 27 500 € TTC
  • La Domitienne : 15,4 % soit 15 400 € TTC
Aménagement du territoireTourismeerosionlittoral