Lever de rideau sur L’avant-scène !

Lever de rideau sur L’avant-scène !

Le 18 mai 2019 était à marquer d’une pierre blanche pour l’Agglo qui a dévoilé au public, au château de la Gayonne, le nouveau nom et la nouvelle identité visuelle du Conservatoire Béziers Méditerranée, à l’occasion de la journée portes ouvertes.

  « J’emmène les enfants à L’avant-scène ce soir. » C’est désormais ainsi qu’il faudrait vous exprimer lorsque vous conduirez vos chérubins au Conservatoire de l’Agglo. Oui, exit le conservatoire, place à « L’avant-scène » qui a été officiellement présentée à la population ce 18 mai en présence des élus et de l’équipe pédagogique de l’établissement.

Un nouveau nom, et un nouveau logo, à l’image d’une agora qui symbolise les trois spécialités enseignées – la danse, la musique, le théâtre -, pour donner une identité forte à ce conservatoire classé par l’État à rayonnement départemental.

« Donner un nom au Conservatoire Béziers Méditerranée illustre la volonté de changer l’image du conservatisme et d’inaccessibilité trop souvent associée pour le grand public au terme de conservatoire, lance Frédéric Lacas, président de l’Agglo. Car cette image n’est plus en phase avec la réalité du projet pédagogique de notre établissement. »

Et pour cause, le conservatoire est tout sauf conservateur ! Certes, il remplit amplement son rôle de transmission d’un patrimoine artistique hérité du passé, depuis la Renaissance jusqu’au XXe siècle, voire XXIe, mais il est surtout complètement ancré dans le présent et tourné vers l’avenir en formant « les artistes et le public de demain« . La preuve ? Les nombreuses venues d’artistes de la scène actuelle en résidences ; des acteurs, grands interprètes, chorégraphes, compositeurs, scénographes, metteurs en scène comme Julien Lestel, Philippe Cassard, Paola Cantalupo, Jean-Marc Bourg, Tcha Limberger, Justin Taylor, Karol Beffa, etc. Autant de pointures qui ont permis aux élèves « d’entrer en contact avec la création contemporaine » , estime Frédéric Lacas.

Frédéric Lacas, président de l'Agglo, avec à sa droite, le conseiller communautaire délégué à la culture, Jean-Michel Du Plaa, et à sa gauche, le directeur de L'avant-scène, Frédéric Guéry.

Frédéric Lacas, président de l’Agglo, avec à sa droite, le conseiller communautaire délégué à la culture, Jean-Michel Du Plaa, et à sa droite, le directeur de L’avant-scène, Frédéric Guéry.

Dernier exemple en date, la venue, ce samedi 18 mai lors de la journée portes ouvertes, de Mohamed Kouadri, un chorégraphe qui tisse à merveille sa toile artistique à seulement 28 ans et qui n’est autre qu’un pur produit du conservatoire ! Après avoir approché la danse par le biais des classes artistiques à horaires aménagés de l’école primaire des Romarins, il a eu un déclic, une vocation. Direction donc le conservatoire pour ensuite poursuivre sa formation dans des institutions de haut niveau telles que le ballet junior de Genève… Il est désormais à la tête de sa propre compagnie. Ou quand L’avant-scène forme des artistes professionnels…!

Mais pourquoi ce nom ?

Ce nouveau nom pour le conservatoire émane d’une proposition d’un groupe d’enseignants qui ont voulu « traduire l’identité et la réalité de cet équipement culturel, de ce lieu à la croisées des chemins artistiques et humains, développe le président de l’Agglo. L’avant-scène renvoie à tout le travail mené par les élèves avec leurs professeurs avant leur entrée en scène, but ultime de leur apprentissage. » Une avant-scène avant de partager une émotion artistique vivante avec le public.

L’avant-scène est également un terme de scénographie qui désigne la partie entre la rampe et le rideau. Lorsque le rideau de scène est fermé, l’avant-scène peut former un étroit espace de jeu. Comme aucune barrière ne se dresse entre les acteurs et les spectateurs, le spectacle semble alors se dérouler au milieu du public. « Choisir ce terme comme nom pour notre conservatoire est un beau symbole », répliquent à l’unisson toutes celles et tous ceux qui participent à son aventure.

Et pour les derniers récalcitrants qui n’oseraient pas encore franchir les portes des spectacles de L’avant-scène, deux revues, L’avant-scène théâtre et L’avant-scène opéra sont publiées systématiquement afin de donner aux spectateurs les clés d’entrée dans les œuvres littéraires ou lyriques. Car c’est également une des missions de l’établissement : expliquer à l’assistance comment se construit une œuvre, comment elle est portée sur scène…

Une politique tarifaire adaptée

La démocratisation et l’accessibilité de l’enseignement artistique passent aussi par une politique tarifaire adaptée, avec des droits d’inscription calculés en fonction du quotient familial. De plus, les habitants des 17 communes de l’Agglo bénéficient d’un tarif préférentiel. On peut ainsi démarrer un cursus complet à partir de 63 euros pour une année entière ! Et une déduction de 50% est octroyée à partir du deuxième enfant inscrit.

Scoop : une nouvelle pointure arrive !

Dès septembre, un nouveau professeur de danse classique fera son entrée à L’avant-scène. Et ce n’est pas n’importe qui : Pascal Vermeeren, ancien danseur coryphée de l’Opéra de Paris. Il a notamment collaboré avec Patrick Dupond. Enseignant au CRR d’Aix-en-Provence depuis 2016, il a souhaité rejoindre L’avant-scène pour la qualité de ses projets et son enseignement !

Alors, plus aucune hésitation : les inscriptions commencent le 17 juin pour s’achever le 17 juillet sur lagglo.fr ! En avant…

 Petit retour en images sur la journée portes ouvertes, en présence du directeur régional des affaires culturelles, Laurent Roturier

 
AquiConservatoireaqui35danseenseignementartistiquemusiquetheatre