Logement social : un soutien sans faille de l’Agglo

Logement social : un soutien sans faille de l’Agglo

Présentées devant l’Agence nationale pour le renouvellement urbain le 18 octobre dernier, les ambitions de l’Agglo pour la Devèze sont grandes et vouées à donner un souffle à ce quartier prioritaire. On vous apporte des précisions ici, à retrouver, dans le détail, au sein du dossier « Renouvellement urbain à la Devèze : une priorité pour l’Agglo ».

Le NPNRU, qu’es aquo ?

Le Nouveau programme national de renouvellement urbain s’inscrit dans le contrat de Ville 2015-2020 qui procède lui-même du projet de territoire de Béziers Méditerranée. C’est l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) – une antenne du ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales – qui finance ce programme en débloquant des crédits supplémentaires pour la rénovation des quartiers dégradés de l’Hexagone.

L’Agglo Béziers Méditerranée compte trois quartiers prioritaires de la Politique de la Ville : la Devèze, Iranget-Grangette et le centre-ville. Sur ce territoire, l’État a retenu la Devèze et le centre-ville comme quartiers prioritaires d’intérêt national. 40 millions d’euros pourraient être alloués par l’Anru pour le renouvellement urbain de ces deux quartiers de Béziers, dont 22 pour la Devèze (verdict fin octobre).

Pour répondre aux exigences de la loi SRU, la ville de Béziers accueillera la totalité de la reconstruction de l’offre démolie sur la commune* (hors quartier politique de la Ville). Seulement une centaine de logements sociaux seront reconstruits sur la Devèze avec les opérations « Villa Rosa » et « Jardins d’Athéna ». L’Agglo participera à cette reconstruction de l’offre à hauteur de 7,5 M€.

Ils s’ajoutent à l’investissement pour la production nouvelle sur les six années à venir qui devrait représenter 17 M€. Enfin, l’Agglo conventionnera avec Béziers Méditerranée Habitat pour accompagner la réhabilitation de plus de 2 000 logements sociaux dont 1 800 en quartiers prioritaires à hauteur de 2 M€.

L’Agglo fait donc de l’habitat l’une de ses priorités avec un budget prévisionnel de près de 27 M€. L’impact sur les programmes Anru à venir est conséquent. Il représente une volonté politique forte.

L’histoire de la Devèze

Créé dans les années 1960 par une société d’économie mixte, la Société d’équipement biterrois et littoral (Sebli), le quartier de la Devèze qui s’étale sur près de 50 hectares, est le produit d »une histoire liée aux flux migratoires. L’ex ZUP (Zone urbaine à prioriser) de la Devèze a vu le jour dès les années 1963/1964 selon le principe d’une ville nouvelle construite progressivement, dans le but d’accueillir de nouveaux arrivants, notamment les rapatriés d’Algérie.
L’objectif de l’époque était de construire un grand quartier d’habitat collectif dans une fonction d’accueil et dont le peuplement a évolué au fil des flux migratoires. Une partie de la population ancienne accédant progressivement aux lotissements et pavillonnaires en proximité de l’habitat social.

En chiffres, le NPNRU, c’est :

  • 200 quartiers d’intérêt national ;
  • 250 quartiers d’intérêt régional ;
  • 10 milliards d’euros de subventions Anru et 40 milliards d’euros d’investissement ;
  • 40 milliards d’euros d’investissements publics (7 milliards d’euros par Action logement, 2 milliards d’euros par l’Union sociale pour l’habitat et 1 milliard d’euros par l’État).
*Plus d’infos ici

Aménagement du territoireattractivitélogementsocialnpnru