Palais des sports : un projet d’Agglo collectif et concerté face aux fausses annonces

Palais des sports : un projet d’Agglo collectif et concerté face aux fausses annonces

Dans le cadre des discussions quant à la capacité de places du futur palais des sports, tel un magicien communiquant, Robert Ménard annonce dans un premier temps que « pour pouvoir respecter les exigences des instances nationale et européenne du volley, il faudrait mettre encore plus d’argent » (communiqué du 22 février 2019), puis apporte sa solution clé en main en proposant « qu’une partie des places soient rétractables (initialement le projet ne compte que 1 500 places) pour une capacité de 2 000 places, (…) tout cela avec un coût du même ordre » (communiqué du 4 mars 2019).

Mais le magicien Robert Ménard ne nous dit pas tout, en l’occurrence :

  • 1) qu’augmenter la capacité de 1 500 à 2 000 places assises a obligatoirement une incidence financière ;
  • 2) qu’il convient, conformément au Plan local d’urbanisme de la ville de Béziers, d’accompagner cette capacité supplémentaire par 125 places de stationnement de véhicules de plus ;
  • 3) que la parcelle choisie en commun par la ville de Béziers et celle de Boujan-sur-Libron, à Mazeran, pour construire l’équipement, ne permet pas de créer ces nouvelles places de parking (il faut 3 000 m² supplémentaires) ;
  • 4) que tous ces changements conduisent à une modification substantielle du projet,et donc à une modification du cahier des charges du marché public, actuellement au stade de remise des offres définitives.

Le président de l’Agglo Béziers Méditerranée, Frédéric Lacas, précise donc : « En faisant fi de tous ces éléments, le maire de Béziers et vice-président de l’Agglo méconnaît la réalité technique, financière et juridique, notamment en matière de code des marchés publics, et voudrait entraîner dans son sillage des conseillers communautaires et vice-présidents. Mon rôle, en tant que Président, c’est d’être un élu responsable, soucieux de la légalité, garant du bon usage de l’argent public et du respect des normes techniques. Je ne ferai courir aucun risque juridique (administratif et pénal) ni financier à la Communauté d’agglomération, à ses élus et à ses techniciens. Dès lors, pas de bricolage ou d’arrangements, je veux de la transparence et de la sécurité dans cette procédure de marché public comme dans toutes les autres. Pour respecter leur engagement du projet de territoire 2015-2025, à savoir « Construire un palais des sports multifonctionnel dans le cadre d’une démarche de management environnemental rigoureuse, équipé de gradins et de loges pour accueillir des compétitions de niveau national et international », les élus communautaires devront choisir entre les options suivantes :

  • 1) Soit l’aboutissement de la procédure actuelle du marché global de performance dont les offres finales pour un palais des sports de 1 500 places ont été déposées le 31 janvier 2019 sur la base du cahier des charges suivant, dans le cadre d’un coût d’objectif de 11,5 M€ TTC :
  • – plateau sportif de 45 x 25 m permettant d’accueillir des compétitions de niveau européen ;
  • – 1 500 places de gradins ;
  • – 1 salle de réception (loge) ;
  • – 1 salle polyvalente de 400 m² ;
  • – hall, espaces communs et locaux techniques ;
  • – 350 places de parking.
  • 2) Soit la déclaration sans suite du marché en cours, et le lancement d’un nouveau marché sur la base d’un nouveau cahier des charges établi en concertation avec les fédérations sportives de sport en salle, les partenaires financiers potentiels, comprenant notamment plus de 2 000 places de gradins et les places de stationnement nécessaires dans le cadre d’un coût d’objectif de plus de 12,5M€ TTC.

J’ai décidé de soumettre ce choix au vote de l’ensemble des conseillers communautaires le 21 mars prochain. »