Pôle d’échanges multimodal : les travaux démarrent, les études avancent

Pôle d’échanges multimodal : les travaux démarrent, les études avancent

Les différents partenaires du futur pôle d’échanges multimodal se sont rencontrés ce lundi 8 octobre à l’Agglo pour faire le point.

Les usagers de la SNCF et notamment du TER ont pu s’en rendre compte à Béziers : les échafaudages fleurissent en gare. Et pour cause, la grande halle de voyageurs va s’offrir une cure de jouvence. Les travaux débuteront véritablement en décembre, pour une durée de 14 mois et un coût de 4M€.

La halle voyageurs s'apprête à recevoir un lifting. 14 mois de travaux sont prévus.

La grande halle voyageurs s’apprête à bénéficier d’un lifting. 14 mois de travaux sont prévus.

Derrière ce lifting se cachent en fait les prémices du futur pôle d’échanges multimodal.

« Ce pôle d’échanges multimodal reflète complètement notre volonté d’aménager et de développer le territoire. C’est un projet essentiel pour la ville-centre mais notre ambition est plus grande : devenir la gare de l’Ouest Hérault.»
Frédéric Lacas, président de l’Agglo Béziers Méditerranée

Ce projet de plusieurs dizaines de millions d’euros est porté par l’Agglo, l’État, la Région, le Département, la Ville, SNCF et ses filiales.
Ses objectifs sont clairs :
  • améliorer l’intermodalité et la qualité du service aux voyageurs notamment en matière d’accessibilité ;
  • accroître l’offre de transports autour de la gare ferroviaire ;
  • favoriser la mobilité et les déplacements doux ;
  • créer une véritable articulation urbaine entre la gare et le centre-ville, mais aussi le quai Port-Neuf ou encore la ZAC de l’Hours, deux quartiers appelés à se développer dans les années à venir. Avec, en trame de fond, l’ambition de faire de la gare de Béziers un véritable lieu de vie et une porte d’entrée pour l’Agglomération.
Différente études sont actuellement en cours. Elles portent sur la définition des espaces libérables pour l’aménagement du pôle, sa mise en accessibilité via la possible création d’une passerelle au-dessus du faisceau ferroviaire – qui aurait une fonction de liaison urbaine entre la gare et le quartier du Port Neuf-, l’augmentation du nombre de places de stationnement, le transfert partiel de la gare routière sur le site. Bref, le PEM est bel et bien sur les rails !