Interview de Mélanie Séghiri – Présidente JCE

Interview de Mélanie Séghiri – Présidente JCE

JCE - Melanie Seghiri interview JCE jeune chambre economique Beziers Piemonts Littoral

À 30 ans, la pétillante Mélanie Séghiri, gestionnaire immobilier, est la nouvelle présidente de la Jeune chambre économique de Béziers Piémonts Littoral (JCE). Rencontre avec celle qui se définit comme un « produit biterrois » bien qu’elle soit née à l’Isle-sur-la-Sorgue en Provence Alpes Côte d’Azur.

Difficile de présider la JCE après une année 2020 marquée par la crise ?

L’an passé a été difficile pour tout le monde, nous nous sommes adaptés face à la situation. 2021 s’annonce comme un renouveau. Cette crise met la population face à ses propres défauts en matière de consommation, de vie etc. Nous souhaitons mettre en place des actions pour que les citoyens prennent enfin ce virage de la transition écologique nécessaire.

Pourquoi avoir accepté ce poste ?

La JCE est un mouvement qui nous permet de grandir dans tous les sens du terme et nous donne l’opportunité de prendre des responsabilités et je me suis dit, pourquoi pas relever le défi d’être à la tête de JCE Béziers en 2021 après l’année de crise passée en 2020. La JCE est pour moi une école de la vie. Mon rôle est d’être le visage de la JCE durant un an, de faire le lien entre les membres et l’extérieur avec les autres mouvements à l’échelle nationale et internationale. Mon autre travail sera d’assurer la formation et la transmission de la future présidente.

Quel bilan faites-vous de 2020 ?

Le bilan est positif car malgré le confinement l’association est restée soudée. Des outils nous ont été transmis par la JCE France pour réaliser des visioconférences. Nous avons pu réaliser de nombreux ateliers de formations en interne (exemple : la prise de parole en public). J’étais secrétaire de la JCE en 2020, un rôle essentiel qui m’a beaucoup appris et de nouvelles actions ont également émergé. Nous avons également pu accueillir en octobre une étape du Tour de la France de la prise de parole en public que nous avons ouvert à tous les jeunes de 18 à 40 ans! J’étais secrétaire de la JCE en 2020, un rôle essentiel qui m’a beaucoup appris, car j’ai travaillé en étroite collaboration avec Nancy Aghilone, la présidente 2020.

Pourriez-vous détailler ces actions ?

Tout d‘abord « Solid’ère » : la création d’un livre blanc sur les nouvelles consommations de chacun en lien avec cette crise de la Covid-19. Que faire localement pour favoriser nos commerçants et définir les bonnes pratiques à avoir ? Ensuite, les Jeunes Chambres Économiques de Béziers Piémonts Littoral, de Montpellier et de Sète se sont unies et ont lancé l’action #TripHérault qui met en avant un site remarquable de l’Hérault tous les jours sur les réseaux sociaux afin d’inciter les habitants à (re)découvrir leur territoire durant l’été et les faire voyager quand il n’était pas possible de se déplacer loin. Sans oublier le vif succès (80 personnes) de notre « repas dans le noir » au restaurant la Raffinerie pour sensibiliser au handicap visuel en utilisant la carte sonore que nous avions déployé (un moyen d’écouter le menu du restaurant quand il est impossible de lire la carte). Nous espérons effectuer une seconde édition prochainement.

Dans quel état d’esprit êtes-vous pour attaquer 2021 ?

Nous discutons beaucoup avec les autres JCE. Aujourd’hui notre principe est d’avoir un plan A, un plan B, un plan C, un plan D etc. Nous voulons qu’une action soit menée de telle manière, avec la situation actuelle, l’idéal c’est ça, mais si on ne peut pas, on sait s’adapter et trouver la meilleure des solutions. Nous avons ainsi amélioré notre faculté à anticiper les obstacles. Par exemple, pour notre cérémonie des vœux, nous avions prévu le présentiel, le phygital et le digital.

Quels seront les projets mis en avant cette année ?

Nous allons rééditer notre fameux et incontournable Monopoly de Béziers en incluant les acteurs économiques du territoire, en mettant en avant certaines entreprises sur les cases du jeu, et aller chercher ceux qui sont moins connus pour les valoriser. Ensuite nous espérons accueillir et rendre visite aux JCE avec qui nous sommes jumelés : Helsinki (Finlande), Haarlem (Pays Bas) et Bruges (Belgique). Nous allons lancer Eco-cotte, un poulailler collaboratif et collectif. Nous sommes en phase d’étude pour savoir où l’implanter. Cette action a déjà connu un fort succès à la JCE Millau. Quand cela fonctionne, il est important de déployer dans d’autres territoires. Enfin, notre but est d’accroître notre mouvement, donner envie au maximum de personnes de nous rejoindre, de se faire piquer par le virus JCE plutôt que celui de la Covid-19.

Un dernier scoop rien que pour nous ?

Chaque année, le bureau change. Il est vrai qu’il y a beaucoup de femmes, nous souhaitons pouvoir intégrer aussi des hommes! C’est pourquoi, je vous invite à nous suivre sur l’ensemble de nos réseaux sociaux Facebook, Instagram, LinkedIn, YouTube et en avant-première nous vous l’annonçons nous nous lançons sur TikTok. Nous encourageons tous les «jeunes» de 18 à 40 ans à se rapprocher de nous pour découvrir ce que nous faisons au sein de notre mouvement

Développement économiqueinterviewJCE
Donec justo et, mattis lectus dapibus ut vulputate, eleifend Curabitur ut