Interview Freddy Ros – Dragon Sports

Interview Freddy Ros – Dragon Sports

freddy ros dragons sports montblanc interview economie pae quartier de l'europe agglomération béziers méditerranée

Freddy Ros est le directeur de Dragon Sports. Retour sur le parcours de son entreprise, leader européen du e-commerce spécialisé dans les produits d’arts martiaux et sports de combat.

Présentez-vous en quelques mots. Je suis né à Béziers, j’ai vécu jusqu’à mes 20 ans dans les environs du territoire, aujourd’hui je réside au Cap D’Agde et j’aurai 40 ans en août prochain. Avant de créer Dragons Sports je pratiquais plusieurs arts martiaux dont le kung-fu.

D’où vous vient cette passion pour les sports de combat ? J’ai fait du karaté, judo, du rugby étant jeune puis un jour, avec un ami nous sommes allés au club du Kung-fu Shaolin Biterrois qui n’existe plus aujourd’hui. J’avais 19 ans quand j’ai commencé. J’ai eu un coup de cœur et une envie de découvrir les racines de cette discipline. Je me suis documenté, à travers les films d’arts martiaux, de Bruce Lee et je suis allé m’entraîner en Asie. Les arts martiaux chinois sont les seuls à être restés bruts, les autres (japonais) ont été adaptés à la pratique sportive : le judo, le karaté…

freddy ros dragons sports montblanc interview economie pae quartier de l'europe agglomération béziers méditerranée

Continuez-vous à le pratiquer ? Le travail a pris le dessus sur la passion mais dès que je peux en faire je fonce. Il existe des centaines de styles différents de kung-fu. Il se compose d’une partie technique, du combat, l’étude de la santé pour renforcer le corps et enfin la méditation pour renforcer l’esprit. Si votre corps et votre esprit ne sont pas formés pour le combat vous ne pouvez pas apprendre uniquement le combat et si vous ne savez pas rester en bonne santé vous ne pouvez pas comprendre la méditation et renforcer vos aptitudes dans le combat ou votre esprit. J’aime résumer avec ce proverbe : « une arme bien entretenue est efficace, si elle est mal entretenue elle sera dangereuse ». C’est d’abord l’entretien du corps et de l’esprit, puis vient l’efficacité dans le combat.

Le kung-fu vous aide-t-il dans votre travail ? Évidemment. Le mot kung-fu signifie l’excellence. Exemple : un très bon cuisinier est kung-fu en cuisine. Cela veut dire qu’il maîtrise son métier ou son art. Cette philosophie est adaptée dans mon travail comme si on pratiquait avec passion l’art martial.

Quand a démarré l’aventure Dragon Sports ? En fin 2007, il y avait un manque en matériel, je cherchais des produits adaptés pour le club Biterrois. Je suis parti en Asie dans le cadre d’un stage de kung-fu durant lequel j’ai rencontré le Maître Shi de Cheng afin de me perfectionner. Durant ce voyage, j’ai rencontré Nicolas Sant et Simon Lamarque mes associés aujourd’hui, qui eux s’étaient lancés en 2005 dans la vente directe en ligne de produits depuis l’Asie, ils étaient les précurseurs des sites marchand chinois tel que Wish.

Que s’est-il passé à votre retour ? Les clients en France, les clubs de kung-fu notamment étaient très frileux à l’époque de commander des produits par internet a une société basée en Asie, en utilisant des méthodes de paiement comme Paypal ou par virement international. Donc j’ai proposé à Nicolas et Simon, basés à Hong-Kong, de m’associer à eux en devenant leur représentant sur la France en tant qu’agent commercial.

Peut-on dire que le succès a vite été au rendez-vous ? Tout à fait, l’activité de la société a pris de l’ampleur dès les premiers mois. Nous envoyions de nombreux colis chaque semaine. La progression de l’activité n’a cessé d’accroître et les flux devenaient trop importants pour continuer à expédier par colis depuis la Chine aux clients en France et en Europe.

À quelles difficultés avez-vous dû faire face ? Quelques problèmes liés à des colis perdus, aux coûts de transports des marchandises et aux frais de douanes qui s’appliquent entre l’Asie et l’Europe. J’ai donc décidé en 2011, de créer la société E-France pour pouvoir importer en plus grosse quantité par voies maritimes. J’ai installé mon bureau dans le garage de mes parents à Bessan puis en septembre 2012, nous avons relocalisé l’intégralité de l’activité en France et fermé l’antenne de Hong-Kong pour stocker sur le territoire français à Saint-Thibéry.

Pourquoi s’installer à Montblanc ? Après avoir déménagé trois fois entre 2012 et 2017, nous avions besoin d’un lieu adapté au développement de notre activité et avons fait construire ce bâtiment dans le parc d’activité économique à Montblanc. C’est une commune au calme, au carrefour des autoroutes A75 et A9, loin du stress des grandes villes, des bouchons et des coûts excessif en terme de foncier. Nous avons du stockage pour nos produits, des bureaux neufs et un quai de déchargement pour nos importations (deux conteneurs par mois). De plus, il bénéficie d’une architecture très esthétique, avec sa façade vitrée et les statues de lions en pierre taillées à la main, venues tout droit du Sud de la Chine.

freddy ros dragons sports montblanc interview economie pae quartier de l'europe agglomération béziers méditerranée

Dragon Sports est implantée dans le PAE Quartier des entreprises de l’Europe à Montblanc.

Combien de membres composent l’équipe de Dragon Sports ? Nous avons deux préparateurs de commandes, un infographiste, une assistante de gestion et un chargé du service client, puis mes associés Simon Lamarque (chargé de la partie développement web et e-commerce) et Nicolas Sant (chargé des importations). Nous recrutons via l’IUT et le Greta de Béziers et faisons de la détection lors des stages et alternances. Notre stratégie est d’être en étroite collaboration avec ces structures et d’avoir un vivier de profils qui correspond à nos attentes. Deux alternants viendront garnir notre équipe en septembre 2021, un poste commercial et un poste en programmation et développement web.

freddy ros dragons sports montblanc interview economie pae quartier de l'europe agglomération béziers méditerranée

Les associés de Dragon Sports : Nicolas Sant, Simon Lamarque et Freddy Ros.

Avez-vous des concurrents ? En partie… Comme nous sommes sur un marché de niche, nous restons leaders car nous sommes spécialisé dans notre domaine… Nos clients sont des sportifs de haut niveau et des clubs de sports qui cherchent des produits adaptés à leurs entraînements. Nous proposons un plus grand choix de gamme qu’ils ne pourraient pas trouver dans des boutiques grand public comme Decathlon, Intersport…

Combien de produits différents propose Dragon Sports ? L’installation en France nous a permis de compléter notre gamme avec des marques françaises et européennes comme Métal Boxe, Adidas, Everlast… et de développer d’autres disciplines. Aujourd’hui, nous avons des produits pour tous les arts martiaux et sports de combat : kung-fu, karaté, judo, taekwondo, boxe, MMA… Soit près de 50 disciplines différentes et plus de 10 000 références produits. Côté parts de marché, nous vendons à 60% en France, 30% en Europe et 10% à l’international principalement USA, Canada, Amérique du Sud, Australie et même quelques ventes en Asie (Taïwan, Chine, Hong-Kong, Japon).

Quel est produit le plus vendu ? En lien avec la réouverture des salles de sports, beaucoup en ont profité pour rééquiper leurs salles avec de cages, de rings et de tatamis mais il n’existe pas un produit plus vendu que d’autres. Aujourd’hui, nous proposons le catalogue le plus complet d’Europe en terme de référence, de disciplines, de marques et en gammes de prix. Parmi les produits les plus originaux, vous pouvez commander des décorations chinoises, exemple : danse du lion pour le nouvel an chinois, des lanternes, des dragons chinois…

Quel est votre regard sur les réseaux sociaux ? Ce sont des outils importants à utiliser pour vendre nos produits. Nous sommes sur Facebook, Instagram, Twitter, nous vendons sur des marketplaces comme Amazon ou Cdiscount et même sur Le bon coin, ce sont des vitrines supplémentaires.

Comment avez-vous fait face à la pandémie de la Covid-19 ? Heureusement en 2020, la crise sanitaire n’a pas eu d’impact sur notre activité même si les clubs étaient fermés certains ont continué à s’équiper. Le réel changement vient des particuliers qui ont découvert nos produits et ont commandé pour s’équiper afin de pouvoir continuer a pratiquer chez eux pendant le confinement. Cela nous a donné un second souffle et permis de tenir pendant la crise. Nous comptons énormément sur la réouverture des clubs pour reprendre une activité normale. Notre chiffre d’affaire était d’1,5 millions d’euros en 2020, en progression de 15% malgré la Covid-19.

Quels sont vos objectifs dans les années à venir ? Nous allons étoffer petit à petit notre catalogue avec une gamme complète en lien avec les métiers de la forme, de la santé et de la préparation physique : musculation, fitness, cross-training, cross-fit. Nous misons tout sur une rentrée de septembre 2021 forte, que les clubs puissent récupérer leurs activités en totalité et pourquoi pas un engouement de la population pour aller vers les sports de combats et les arts martiaux. Certains voudront retrouver un corps puissant ainsi qu’un esprit fort très sollicité pendant cette période psychologiquement et physiquement éprouvante surtout pour des sportifs qui ont une routine de vie qui a parfois été remise en question et ébranlée. Pour les non-sportifs, c’est l’occasion pour eux de se défouler et de retrouver une santé physique. Le sport est le meilleur médicament pour la santé physique, mais aussi pour l’esprit.

Petit scoop rien que pour nous ? Si la rentrée se passe dans les meilleures conditions, nous souhaiterions mettre en action notre projet d’extension des locaux qui a été reporté en raison de la crise sanitaire. Notre terrain dispose d’une réserve foncière, il s’agit de lancer fin 2021 l’agrandissement d’environ 700 mètres carrés au sol sur une hauteur de 15 mètres afin de stocker de nouveaux produits autour du fitness et de la musculation (cage de cross-fit, bancs de musculation…) et afin de continuer le développement de nos gammes actuelles.

freddy ros dragons sports montblanc interview economie pae quartier de l'europe agglomération béziers méditerranée

Pour rappel, Dragon Sports avait inauguré ses locaux à Montblanc le 19 avril 2018 au cours d’une soirée spéciale. L’article complet est disponible ici.

Développement économiqueartsmartiauxdragonsportsecommerceinterview
adipiscing quis Donec ut diam dictum venenatis libero leo. Sed