Sandrine Esco, fière de ses élèves créatifs

Sandrine Esco, fière de ses élèves créatifs

Agglomération Béziers Méditerranée solidarité enfants jexposeaubalcon larbre qui marche école Riquet Renan élèves roland ramade l'art à tatouille sandrine esco

Un peu plus de soixante élèves de l’école primaire Riquet-Renan à Béziers ont participé durant l’année scolaire à un projet d’écriture de chansons dont les clips vidéo sont sortis durant la période de confinement. Rencontre avec Sandrine Esco directrice de l’établissement d’éducation prioritaire et membre de l’association « l’Art à Tatouille » qui a coordonné cette initiative.

Parlez-nous du projet d’écriture de chansons.

Tous les mercredis matin, sur la base du volontariat, des ateliers d’éducation artistique et culturelle étaient organisés. Au fur et à mesure, plusieurs groupes de quatre élèves ont travaillé sur l’écriture de chansons. Nous avons eu la chance de donner un concert le 6 mars 2020 juste avant le confinement au théâtre municipal à Béziers. Une fierté pour les parents comme pour les enfants !

Agglomération Béziers Méditerranée solidarité enfants jexposeaubalcon larbre qui marche école Riquet Renan élèves roland ramade l'art à tatouille sandrine esco

Sandrine Esco accompagnée des enfants de l’école Riquet-Renan à Béziers.

Quelles sont les particularités de ces chansons ?

Ce sont des textes avec du fond, avec des thèmes variés (l’environnement, la solidarité, les animaux, le voyage…) mixant les langues de l’éducation avec les langues de la maison. Les textes ont été mûrement réfléchis grâce à l’exigence et le talent de Roland Ramade (artiste né à Béziers connu pour sa participation entre autres aux groupes Regg’Lyss) et Alain Beurrier (compositeur et membre de l’Art à Tatouille). Ce qui a fasciné les enfants c’est que cette magie créatrice prenait forme sous leurs yeux : ils étaient conscients d’avoir réalisé une œuvre musicale de qualité, avec fierté mais sans arrogance et s’en souviendront longtemps !

Pourquoi avoir mis en clip ces chansons ?

Pour en garder un souvenir de plus ! Merci au service de la cohésion sociale de l’Agglomération qui les a financés dans le cadre du projet #jexposeaubalcon. Il était important pour nous et pour l’Agglo d’apporter de l’espoir durant cette crise du Covid-19 et de montrer ce que les enfants sont capables de réaliser. Les clips « L’arbre qui marche » et « Maintenant, on joue » sont disponibles sur Youtube et la page Facebook de #jexposeaubalcon, le prochain clip « J’aime l’été, les vacances et l’école » vient tout juste de sortir.

Ecoutez la chanson de l'été. Clip réalisé par Julien Capus.Tous les dessins sont faits par les enfants de l'école !…

Publiée par Jexposeaubalcon sur Mercredi 3 juin 2020

En quoi ce projet était-utile selon vous ?

Chacun a appris des uns des autres. Les élèves parlant des langues différents dans leurs familles ont compris qu’on pouvait jouer avec la langue française et que toutes les langues ont une richesse. Il a fallu trouver des rimes avec les langues, beaucoup réfléchir, le fait d’être dans leur école a créé un climat de confiance. Ils ont appris à connaître les musiciens et un esprit de groupe d’artiste a émergé mettant à l’honneur leurs langues et leur école.

Est-il possible de poursuivre en septembre ?

Tout à fait, les ateliers d’écritures seront renouvelés dans le cadre de la politique de la Ville, avec une subvention de l’Agglomération Béziers Méditerranée, de la DRAC, de l’Etat et le soutien de la ville de Béziers qui a mis à disposition la salle le mercredi pour les ateliers et le théâtre municipal pour le concert.

Comment se passe le déconfinement de votre école ?

Elle se déconfine peu à peu. Nous sommes à près de 80 élèves sur 403 habituellement. La mise en route a été compliquée, ça commence « à rouler ». Parmi les enfants qui ont repris le chemin de l’école, certains étaient apeurés, d’autres contents de revenir. « Qu’est ce que c’est bien de travailler dans le calme » a déclaré l’un de mes élèves. Certains vivent dans des familles nombreuses, avec des frères et des sœurs, ce qui n’est pas évident pour faire leurs devoirs. Pour d’autres, le confinement était une pause dans un monde bizarre, avec des parents qui avaient des craintes de ce virus qui pouvait être attrapé par n’importe qui. Suivre une scolarité dans l’éducation prioritaire leur a ouvert un accès à la culture au sens noble du terme en travaillant avec des professionnels, des artistes. C’est pour moi une grande victoire !

jexposeaubalconAQUI46jexposeaubalcon
ultricies ut nec ipsum accumsan consequat. non venenatis commodo suscipit